Le cancer de l’enfant n’est pas reconnu par l’AI dans la grande majorité des situations, ce qui implique que de nombreuses aides offertes aux parents pour suppléer aux frais engendrés par une maladie ou un handicap leur sont refusées.

Les parents doivent se débrouiller seuls pour assumer leur travail, leur présence auprès de l’enfant, la gestion du quotidien pour les frères et sœurs.

L’engrenage de l’endettement guette les familles

Evidemment, c’est impossible et, si les insomnies et les angoisses liées à la maladie sont normales, celles liées aux difficultés financières pourraient leur être épargnées.

Cette déchéance financière touche l’ensemble de la famille, car les frères et sœurs ne sont pas épargnés. L’engrenage de l’endettement guette des familles dont la seule «faute» est d’avoir un enfant malade. Pour rappel, dans de nombreux cantons, les aides accordées sont remboursables.

Nous sommes un pays riche, mais le seul pays européen qui laisse se débrouiller seules toutes les familles dont la maladie est considérée comme «orpheline», alors que ce sont les familles qui sont orphelines, oubliées et maltraitées par notre société.

Il est temps que cela change et que l’attente cesse: depuis 2009, les parlementaires ont un dossier en cours et rien ne bouge.