La Convention sur les droits des personnes handicapées a été adoptée par l’assemblée générale des Nations Unies, le 13 décembre 2006. Le texte rappelle que les droits de l’homme sont universels et s’appliquent aussi aux personnes handicapées qui représentent 15% de la population mondiale.

Depuis, il a été ratifié par 173 Etats qui intègrent de manière croissante dans leurs constitutions des dispositions en faveur de l’égalité des personnes handicapées.

La Suisse a adopté la Convention en 2014 et s’est ainsi prononcée en faveur de cette égalité au niveau national et international. Cependant, sa mise en œuvre dans les projets et programmes de coopération internationale et d’aide humanitaire peut être passablement améliorée.

Le Conseil fédéral a d’ailleurs lui-même reconnu en mai dernier qu’il manque une prise en compte systématique de ces droits et leur mise en œuvre au sein de la Direction du développement et de la coopération (DDC).
 

Personnes handicapées, les oubliées de l’aide d’urgence

Lors d’un conflit ou d’une catastrophe, les personnes handicapées sont parmi les plus vulnérables. De manière générale, elles ont beaucoup plus de barrières à surmonter pour accéder aux services de base et se retrouvent souvent isolées.

Selon Handicap International, 20 millions d’entre elles font actuellement face à une crise humanitaire.

D’après une enquête de l’ONG menée en 2015, 75% des personnes handicapées interrogées estiment ne pas avoir un accès approprié à une aide de base (eau, nourriture, abri, soins médicaux) et la moitié a signalé l’absence d’accès à des soins spécifiques (réadaptation et aide à la mobilité).

De plus, 92% des organisations humanitaires estiment que les personnes handicapées ne sont pas correctement prises en compte dans les réponses d’urgence.

Certains bailleurs et ONG font certes des efforts dans ce sens, mais il est nécessaire d’apporter une impulsion forte au niveau international pour vraiment changer les pratiques.
 

Une charte pour une meilleure inclusion dans l’aide humanitaire

Pour initier une meilleure prise en compte des besoins des millions de personnes handicapées, affectées par des crises humanitaires, une Charte pour l’inclusion des personnes handicapées dans l’aide humanitaire, a été lancée par plusieurs ONG dont Handicap International.

Elle demande un engagement de la part des acteurs de l’humanitaire à inclure les personnes handicapées dans leur réponse d’urgence. Mais aussi à prendre en compte leurs besoins et droits dans leurs programmes d’aide, conformément au principe humanitaire d’impartialité qui commande de donner la priorité aux plus vulnérables.

Il s’agit d’adapter leurs services et infrastructures aux personnes handicapées et de mieux les prendre en compte au moment de la définition de leurs programmes.

Proposée à signature aux ONG, Etats et bailleurs de fonds, lors du Sommet humanitaire mondial qui s’est tenu à Istanbul en mai 2016, la Charte a depuis été adoptée par 150 d’entre eux. Nous comptons sur la Suisse pour prochainement concrétiser son soutien en l’adoptant à son tour.