Le handicap mental provoque une limitation des capacités cognitives telles que la faculté à lire, argumenter ou planifier. Il se différencie du handicap psychique dans le sens où il n'est pas la conséquence d'une maladie mentale. En raison de ces limitations, la personne en situation de handicap éprouve des difficultés à analyser une situation, à tirer des généralités ou à se projeter dans l’avenir. De ce fait, le développement est plus lent que chez les autres personnes et les phases de développement sont moins prévisibles. Le handicap mental se traduit généralement par des problèmes de réflexion, de conceptualisation ou de communication.

Causes multiples

Les causes de ce handicap sont nombreuses: anomalies chromosomiques, maladies génétiques ou du métabolisme, problèmes neurologiques, complications lors de la naissance, accidents de la vie… Quelle qu’en soit la cause, la personne handicapée mentale est porteuse de manière permanente d’une déficience intellectuelle. Elle est désorientée devant une situation nouvelle et se trouve souvent en difficulté pour s’adapter. Elle peut également présenter des troubles émotionnels comme l’instabilité ou l’hyperémotivité.

Formes variées

La Suisse compte actuellement environ 790 000 personnes présentant un handicap physique, mental ou psychique, ce qui équivaut à 13,5% des habitants de plus de 15 ans. La trisomie 21 est une forme courante du handicap mental. Liée à une anomalie chromosomique, elle peut provoquer des malformations physiques, des troubles du métabolisme et des retards dans le développement intellectuel. Elle concerne filles et garçons dans les mêmes proportions, et atteint environ 1 enfant sur 2000 naissances.

Toujours besoin d'un soutien

Le syndrome de l’X fragile est une autre forme très répandue. Cette maladie génétique héréditaire, provoque un retard intellectuel: troubles du langage, hyperactivité, anxiété sociale. Tout au long de sa vie, la personne handicapée peut avoir besoin d’un soutien et d’un accompagnement pour mieux communiquer avec les autres et développer sa personnalité. A l’école, des aménagements pédagogiques et un rythme d’apprentissage adapté permettent souvent de compenser ce handicap.