La Bibliothèque Sonore Romande prête des livres sonores à toute personne dans l’incapacité de lire. Désormais, en plus de la possibilité de recevoir des CD gratuitement à domicile, elle propose aussi de télécharger l’application «Livres audio BSR» sur iPhone. Pour Jean-Marc Meyrat, aveugle et passionné de lecture, c’est une révolution.

Qu’est-ce qu’elle a changé, pour vous, cette application?
Je suis un grand consommateur de livres. Pouvoir télécharger les livres audio sur mon iPhone m’a apporté une liberté supplémentaire, comme le fait d’avoir accès à la lecture partout. Maintenant, je peux lire lors de mes trajets, dans le bus par exemple.

Quel est le prix de l’application?
L’application est gratuite pour les auditeurs de la Bibliothèque Sonore Romande. Avec 9’000 livres enregistrés par des lecteurs bénévoles, il faut dire que le projet est ambitieux malgré des moyens financiers limités. La Fédération suisse des aveugles et malvoyants, dont je fais partie en tant que collaborateur, verse une subvention à la BSR, c’est une reconnaissance du travail accompli.

Combien de livres lisez-vous?
Entre 2 et 3 livres par semaine, le téléchargement est illimité alors je ne m’interdis rien. En ce moment, je lis Les Russkoffs de François Cavanna, l’humoriste et journaliste français qui a fondé Charlie Hebdo et qui vient de nous quitter. C’est une chance d’avoir accès à des livres écrits par des contemporains ou des auteurs qui font l’actualité.

C’était une demande de la part des auditeurs, d’avoir accès à un répertoire plus récent?
Oui, c’est ce qui a incité la fondatrice à créer cette bibliothèque en 1976. A l’interne aussi, plusieurs personnes handicapées de la vue travaillent à la BSR, c’est ce qui leur permet d’anticiper nos besoins à moyen et long termes. Cette application en est un exemple.

En quoi c’est un projet sur le long terme?
Cette application répond à une vraie demande qui va aller crescendo: plus tard, avec le vieillissement de la population, le handicap de la vue va concerner de plus en plus de personnes; donc, offrir dès à présent une alternative à ceux qui aiment lire, c’est une façon d’anticiper les changements.