Les dernières études dans le domaine ont mis en évidence qu’une vie saine permettait de réduire significativement le risque de cancer. Certains avancent même le chiffre de 30 à 40%!  Cela dit, les dernières annonces des médias grand public ont eu tendance à laisser penser que certains aliments devaient être totalement évités afin de passer à côté de certaines tumeurs. C’est un raccourci, malheureusement simpliste.

De manière générale, on retiendra qu’une alimentation riche en fibre (fruits, légumes, céréales) accélère le transit et permet de limiter la durée de contact de certaines toxines avec le corps. Ensuite, l’utilisation de produits toxiques dans la culture, particulièrement dans des pays à la légalisation moins sévère, a effectivement des effets néfastes sur le développement du cancer. La consommation de végétaux bio et de la région ne peut donc être que conseillée.

Modération

Quant aux graisses animales, à la viande ou au sel, entre autres, il n’est pas question de s’empêcher d’en consommer, particulièrement s’il s’agit d’aliments de bonne qualité. Tout est une question de mesure. C’est bien la consommation trop régulière ou en trop grande quantité qui est pointée par les scientifiques comme potentiellement cancérogène. D’autant plus que le surpoids est un facteur de risque très important.