Quels sont les symptômes d’un cancer du foie?

Il n’y pas de symptômes. Ce n’est pas un cancer douloureux. Les patients ne sentent rien jusqu’à un stade avancé. Il faut identifier les patients à risque et les suivre régulièrement en pratiquant chaque 6 mois un examen à ultrasons du foie pour faire le diagnostic à un stade précoce.

Quels sont les facteurs à risque?

Le facteur principal est une cirrhose, c’est-à-dire la déposition de tissu cicatriciel dans le foie. Toutes les maladies chroniques du foie peuvent conduire à une cirrhose, qu’il s’agisse d’une infection avec le virus de l’hépatite C, d’une infection avec le virus  de l’hépatite B, d’une consommation d’alcool régulière ou d’un surpoids avec diabète. Cette dernière est de nos jours de loin la plus fréquente.

Comment se traite au mieux cette maladie?

La meilleure façon de traiter un cancer du foie c’est de l’enlever chirurgicalement. On peut pratiquer une résection en enlevant la partie atteinte du foie ou bien on peut pratiquer une transplantation du foie. La greffe a l’avantage de guérir aussi le patient de la cirrhose. Les patients qui sont dans un programme de surveillance sont ceux qui sont diagnostiqués à un stade précoce et par là même éligibles pour ces options curatives. Ils ont alors une survie à 5 ans supérieure à 80%. La majorité des patients ne sont malheureusement pas diagnostiqués à un stade précoce. Chez ces patients une embolisation, une ablation thermique ou une thérapie systémique ciblée sont des options qui permettent de prolonger leur survie.

Quelles sont les avancées pour la recherche sur le cancer du foie?

Le cancer du foie n’est pas un cancer bien connu du grand public. Sa visibilité est moindre que d’autres cancers pour lesquels plus de ressources sont à disposition. Aujourd’hui, il importe de mieux appréhender le développement précoce du cancer du foie. Si les mécanismes cellulaires et moléculaires responsables de la progression du cancer ont été étudiés au cours de ces 10 dernières années, il importe d’identifier les facteurs déclenchants.  Nous avons réalisé que le cancer du foie est fortement lié au mode de vie. Les personnes en surpoids ou qui souffrent d’un diabète ont un risque significativement augmenté de développer un cancer du foie. Ce que nous pouvons conseiller aujourd’hui, c’est l’activité physique. Des recherches soutenues par le comité philanthropique de la famille Firmenich et la Fondation suisse contre le cancer du foie ont pu montrer qu’une activité physique régulière permet d’abaisser ce risque.