Les patients qui évoluent dans le polygone formé par le médecin, l’hôpital, la pharmacie et les autres soignants bénéficient d’une médecine de pointe. Mais la gestion des informations pertinentes est désuète.

Les courriers, télécopies ou ordonnances manuscrites constituent la règle. Personne, à l’exception du patient lui-même dans le meilleur des cas, n’a de vue d’ensemble. Les informations incomplètes ou absentes sont l’une des causes les plus importantes d’erreurs médicales.

Le public mérite que ses données de santé soient mieux gérées. L’objectif doit être la disponibilité des informations pertinentes au bon endroit et au bon moment – pour la sécurité des patients et la qualité des soins.

Les Chambres fédérales partagent cet avis: ils ont adopté à une large majorité la Loi fédérale sur le dossier électronique du patient, l’été dernier. Tous les soignants d’un patient stockent les principales informations en lieu sûr dans son dossier électronique.

Il s’agit là de documents que le personnel médical rédige de toute manière dans le cadre de l’anamnèse interne ou en vue de transferts. L’accès à son dossier électronique est déterminé par le patient lui-même et lui seul.

La mise en œuvre a débuté dans les cantons – ainsi aussi en Suisse romande. Le projet «mondossiermedical» dans le canton de Genève est notamment un projet pionnier pour toutes les régions de Suisse.