Comment la Stratégie nationale contre le cancer (SNC) a-t-elle vu le jour et quel est son calendrier?

Sur mandat des Chambres fédérales, le «Dialogue politique nationale de la santé» qui inclut la Confédération et les cantons, a adopté en 2013, la «Stratégie nationale contre le cancer 2014-2017» et chargé l’organisation Oncosuisse d’en coordonner la mise en œuvre.

Il y a un an, malgré de très nombreuses avancées, le «Dialogue PNS» a décidé de poursuivre la SNC jusqu’à la fin de l’année 2020 afin de mener à bien l’ensemble de sa mission.

Dites-nous en plus sur l’organisation Oncosuisse qui coordonne ce mandat.

Fondée en 1999, Oncosuisse est un regroupement de sept organisations suisses qui se consacrent à la lutte contre le cancer: le Groupe suisse de recherche clinique sur le cancer (SAKK), la Recherche suisse contre le cancer (RSC), la Société suisse d’hématologie (SGH-SSH), la Société suisse d’oncologie médicale (SSOM), l’Institut national pour l’épidémiologie et l’enregistrement du cancer (NICER), le Groupe suisse d’oncologie pédiatrique (SPOG) ainsi que la Ligue suisse contre le cancer (LSC).

Sa principale mission est de coordonner la politique de lutte contre le cancer en Suisse.

La recherche, le traitement et l’accompagnement de personnes atteintes d’un cancer touchent de nombreux domaines. Quels sont les secteurs spécifiquement visés par la SNC?

Vous avez entièrement raison, l’étendue et la diversité des champs d’action et des projets exige que la SNC soit appréhendée de manière structurée pour obtenir les meilleurs résultats. Cette stratégie fixe les principaux champs d’action et projets dans les trois domaines que sont la Prévention et dépistage, la Prise en charge avec la post-cure ainsi que la Recherche.

Elle a par ailleurs défini sept champs d’action et quinze projets. Parmi ces projets, on peut citer à titre d’exemple, la création d’un organe national d’experts relatif aux questions de dépistage, des recommandations et des directives thérapeutiques, l’acquisition de compétences pour les professionnels, la recherche clinique et translationnelle, la loi fédérale sur l’enregistrement des maladies oncologiques (LEMO) ainsi que les données enregistrées sur la qualité du traitement et l’interdépendance entre les données.

Quels sont les objectifs poursuivis par Oncosuisse?

Ils sont nombreux! L’organisation poursuit les principaux objectifs, à savoir: améliorer la situation des personnes atteintes d’un cancer ainsi que de leurs proches; assurer l’accès à un traitement de qualité à toute personne malade; développer un registre national de tous les patients; promouvoir la recherche scientifique; assurer que l’innovation scientifique soit transmise aux malades ainsi qu’assurer une coopération et une collaboration optimales entre les grandes et les petites structures hospitalières.

Par ailleurs, selon les prévisions du NICER, un demi-million de Suisses auront connu d’ici 2030 un diagnostic positif de cancer et deviendront ainsi des survivants du cancer. Face à ce constat, la SNC vise également à assurer le suivi des patients sur le long terme car ceux-ci requièrent généralement un suivi spécifique de la part du système de santé.

Quel est ce registre national des personnes atteintes d’un cancer?

L’entrée en vigueur de la loi sur l’enregistrement des maladies oncologiques et la création d’un registre national du cancer visent à établir la collecte de données sur la qualité des traitements reçus.

La SNC veut quant à elle définir les données supplémentaires qui doivent être déclarées et enregistrées afin de permettre des rapports détaillés sur l’évolution et la qualité du traitement de différents cancers.

La stratégie mise en place contre le cancer s’arrête en 2020, et après?

La Stratégie nationale a montré à quel point il était essentiel que les personnes et institutions s’unissent afin de former une communauté contre le cancer («cancer community»).

C’est cette communauté qui devra assurer la continuité et la cohésion des efforts fournis dans la lutte contre le cancer, bien au-delà de la SNC 2020. L’année 2019 sera donc intense et chargée pour assurer le développement d’une telle communauté de personnes.