Quels sont les apports des progrès technologiques à la neuroradiologie?
Nous pouvons faire aujourd’hui une analyse plus précise des lésions cérébrales. Les techniques avancées disponibles (comme l’IRM de perfusion, l’imagerie du tenseur de diffusion, la spectroscopie, etc.) offrent une analyse microstructurelle, fonctionnelle et métabolique des tissus. Jusqu’à maintenant, ces techniques étaient beaucoup utilisées en recherche. Avec le temps, elles sont devenues des examens cliniques de routine. L’IRM fonctionnelle par exemple, permet de scruter la circulation capillaire et les échanges métaboliques entre le sang et le tissu. En général, elle est réalisée avec l’injection d’un produit de contraste à base de gadolinium. Mais il existe aussi une technique sans produit de contraste, utilisée chez les enfants, ou les patients à risque. C’est un pas en avant très important lors de pathologies telles que les accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou les tumeurs cérébrales.

Il est aujourd’hui possible de voir à l’IRM des pathologies à l’échelle moléculaire…
En effet, la spectroscopie est une technique unique qui ne donne pas des informations sur la structure des tissus, mais sur le métabolisme. Elle peut être utilisée pour de nombreuses pathologies: tumorales, inflammatoires, infectieuses, et bien sûr métaboliques. Une autre technique avancée, l’imagerie de tenseur de diffusion, permet une évaluation de la structure microscopique des tissus nerveux, avec une analyse très fine des fibres nerveuses. Elle est particulièrement utile dans le bilan préchirurgical des lésions cérébrales, ainsi que pour l’analyse plus précise du cerveau qui semble normal sur les séquences classiques.

Qu’est-ce que toutes ces techniques changent pour le patient?
Elles sont utilisées pour obtenir plus d’informations sur des lésions déjà visibles avec des techniques conventionnelles. Mais parfois, elles permettent de mettre en évidence des problèmes dans des zones considérées par les techniques classiques comme «normales». Au final, nous posons des diagnostics plus précis, ce qui entraîne une meilleure prise en charge des patients.