Qu’est-ce qu’un centre de la douleur?

Il faut d’abord préciser qu’il y a très peu de centres en Suisse et en Europe pour l’instant qui maîtrisent l’ensemble des techniques ponctuelles à disposition. Un tel centre doit maîtriser l’examen clinique du patient, son imagerie adaptée puis la prise en charge adéquate par des aiguilles.

Comment se déroule cette prise en charge de la douleur par des aiguilles?

Sauf cas évident, comme les tassements vertébraux ou fractures traitées immédiatement par injection de ciment, l’utilisation de «Pain Block» est généralement la première étape thérapeutique et diagnostique. On infiltre de la cortisone ou un gaz O3 afin de soulager une zone, tout en confirmant précisément la source de la douleur par l’anesthésiant. Ensuite, il est temps de passer à une deuxième étape plus spécialisée et non maîtrisée par tous. Il peut s’agir, dans le cas d’un pincement discal ou d’une petite hernie discale, d’un renforcement du disque grâce à des implants déposés à l’aiguille qui se regonflent une fois à l’intérieur du disque. Autre solution pour les hernies plus grosses: entrer avec une aiguille en mousse afin de fragmenter la hernie et ainsi diminuer sa compression sur le nerf (herniatome). Dans notre expérience, et avec une équipe entraînée, ces techniques fonctionnent huit fois sur dix sans complications particulières et ne nécessitent surtout pas d’hospitalisation.

Un centre de la douleur peut donc être une alternative?

L’objectif n’est plus seulement de soulager la douleur par une cortisone mais de traiter sa cause et d’orienter le patient vers des traitements complémentaires (médecine du sport, rhumatologie, physiothérapie, ostéo) ou vers une chirurgie en cas d’échec de ces prises en charge finalement très simples et généralement très efficaces. Il s’agit de centres utilisés de plus en plus en premier ou surtout deuxième recours lors de la résistance d’une douleur au traitement médicamenteux.