Au sens strict du terme, un moyen auxiliaire est une aide technique dont une personne peut avoir besoin pour réaliser partiellement ou totalement une activité, et ainsi recouvrer et améliorer son intégration sociale. Le droit aux moyens auxiliaires de l’AI se poursuit à l’âge de l’AVS pour autant qu’une série de conditions nécessaires à leur octroi soient toutes présentes. A noter que les personnes en âge AVS qui n’ont jamais bénéficié de moyens auxiliaires de l’AI peuvent bien sûr aussi prétendre à des moyens auxiliaires remboursés par l’assurance. Dans ce dernier cas, les rentiers de l’assurance-vieillesse et survivants peuvent obtenir des moyens auxiliaires lorsqu’ils en ont besoin pour accomplir leurs travaux habituels, se déplacer, établir des contacts avec leur entourage ou développer leur autonomie personnelle. En bref, les moyens auxiliaires sont justifiés et remboursés lorsqu’ils deviennent nécessaires pour retrouver une vie semblable à celle que la personne avait avant que le handicap survienne.

De l’escalier au plus perfectionné

De l’adaptation simple de la salle de bains, de la douche et des WC à l’invalidité en y plaçant, entre autres, des barres de sécurité jusqu’au déplacement ou suppression de cloisons en passant par la suppression de seuils et l’installation de signalisation pour les sourds et déficients auditifs graves et pour les sourds-aveugles, toutes sortes d’adaptations des logements peuvent être faites. Dans les cas les plus courants, l’AI finance les frais de rampes et de monte-escaliers lorsque la personne en a besoin pour quitter son logement par elle-même. En revanche, les frais d’installation de monte-rampes d’escalier et de plates-formes élévatrices, de même que la modification d’obstacles architecturaux aux abords des lieux d’habitation ne sont financés par l’AI que si une personne exerce une activité lucrative et a besoin de ces adaptations et moyens auxiliaires pour se rendre seule à son travail. Les personnes qui tiennent un ménage ont, elles aussi, droit au financement de monte-rampes d’escalier, de plates-formes élévatrices et d’adaptations architecturales.

Le cas du cancer

Les cancers peuvent entraîner toutes sortes de handicaps plus ou moins impactants. Mais, le sens de la communication peut souvent être atteint. Il s’agira alors d’avoir recours à des moyens de communication électriques ou électroniques. Ceux-ci sont destinés aux personnes gravement handicapées de la parole et de l’écriture qui dépendent d’un tel appareil pour établir des contacts quotidiens avec leur entourage. De grandes innovations ont été réalisées dans ce secteur ces dernières années. Même des solutions simples peuvent parfois être d’un grand secours, particulièrement lors de perte de puissance musculaire. Ainsi, lorsqu’une personne n’est pas en mesure de lire un livre de façon indépendante pour des raisons physiques, l’AI lui paie, par exemple, un tourneur de pages. Une démonstration emblématique qu’en matière de moyens auxiliaires, ce n’est pas la complexité qui compte mais l’adaptation à la vie de la personne concernée et la personnalisation de chaque installation.