Ariane Buchholzer
Pharmacienne responsable à la pharmacie du Grand-Lancy

Ce n’est un secret pour personne, les réponses médicales aux cancers sont très souvent du ressort de l’artillerie lourde. Dans ce combat pour la vie, le corps subit des effets secondaires non négligeables. C’est donc pour diminuer ces derniers que les médecines complémentaires sont le plus souvent utilisées. De la médecine chinoise à l’ostéopathie, en passant par l’aromathérapie, la phytothérapie ou l’homéopathie, toutes ces techniques ont diverses solutions bien spécifiques à apporter. «La qualité du conseil est toujours essentielle, particulièrement lors du traitement du cancer, certaines préparations phytothérapeutiques pouvant par exemple interagir en diminuant les effets d’une chimiothérapie, ce qui ferait courir de gros risques aux patients», prévient d’emblée Ariane Buchholzer, la responsable de la pharmacie du Grand-Lancy à Genève. Elle conseille souvent des clients souffrant de cancer, aux différentes étapes de leurs traitements. «Entre deux chimiothérapies, diverses plantes telles que le Desmodium, le chardon-marie, ou l’artichaut auront un effet très intéressant en soutenant les cellules du foie. L’homéopathie, quant à elle, constitue un traitement de choix pour améliorer l’état général car il est dénué d’interactions avec les autres substances.» 

Anticancers naturels

Dans le cadre d’une bonne hygiène de vie, de nombreuses substances naturelles ont des effets positifs voire préventifs sur les cancers. C’est le cas, entre autres, du gingko, du curcuma, du thé vert, de la spiruline ainsi que de certains champignons asiatiques, utilisés afin de stimuler le système immunitaire. A l’étranger, certains hôpitaux ont déjà choisi d’intégrer un département de médecines complémentaires dans leurs unités d’oncologie. Et, à en croire Ariane Buchholzer, la Suisse aurait tout intérêt à s’en inspirer. «Le cancer est une maladie si complexe que l’on se doit de mettre toutes les chances de son côté et d’utiliser tous les moyens à disposition», conclut-elle.