Si l’on compare souvent les lavements à l’hydrothérapie du côlon, ce rapprochement ne laisse pas bien comprendre que le but de la thérapie est de stimuler le fonctionnement de l’intestin avec des massages et une petite quantité d’eau immédiatement aspirée et évacuée. L’objectif premier est le désencombrement de cette partie du corps dont les capacités d’absorption influent directement sur la constipation ou les diarrhées. Avec la peau, les reins et les poumons, le gros intestin, ou «côlon» est le plus important canal d’évacuation des toxines accumulées dans notre organisme. Il est donc primordial de le maintenir en bon état de fonctionnement puisque l'altération de cette importante fonction d'élimination risque d’entraîner l'intoxication de l'organisme avec, à la clé, divers symptômes ou maladies. Qu’il s’agisse de fatigue ou de dépression, de perte d’appétit ou de côlon irritable, de ballonnements ou de gaz, de prise de poids ou de migraines, les indications sont aussi nombreuses que le côlon a de fonctions.

Moment délicat

La thérapie elle-même, conseillée par exemple par un médecin ou un naturopathe, pourra être effectuée dans l’un des centres spécialisés de Suisse romande. Le moment venu, l’eau est délicatement injectée dans le côlon par le rectum, à l’aide d’un tuyau relié à un appareil. Maintenu à l’intérieur de l’intestin, le liquide déloge ce qui s’y trouve jusque dans les moindres replis et stimule les parois. L’opération se faisant en douceur, il y a certes un inconfort et un stade de gêne à dépasser, mais pas de douleur ou d’effets secondaires. Enfin, l’eau ressort entraînant les déchets avec elle. Comme tout se fait en «circuit fermé», le processus est complètement inodore. Il paraît que même les Egyptiens le pratiquaient régulièrement.